A propos du journal textile

A l’origine, le projet du journal textile était motivé par une idée de mise à distance de tout ce qui peut me traverser ; extériorisé, matérialisé sur une longue distance/durée que représente une année entière. Passer les 4 saisons, 12 mois, 365 jours.

Et puis peu à peu, cette idée est devenue secondaire.

Faire des choses différentes me donnait toujours l’impression de m’éparpiller, de papillonner ou alors de vouloir dire trop de choses en même temps. L’exercice du journal permet de prendre le temps de dire toutes ces choses les unes après les autres et de former un ensemble. Peut-être un paysage qui défilerait vite, comme dans un train, mais tout cela fait partie du même voyage. 

La notion de mouvement vient alors contrarier/enrichir ma première vision du projet.

Toutes ces images représentent maintenant, pour moi, une matière première, une base de données que j’imagine travailler aussi bien dans le fond que dans la forme. Plus mon journal avance, plus je vois apparaître un début plutôt que l’approche de la date finale du 31/12  XIX.